Grande Guerre : Jean-Baptiste Langlet, le maire résistant de Reims

La Première Guerre mondiale à Reims a été marquée par deux figures : le cardinal Louis Luçon au chevet de sa cathédrale martyrisée mais déterminé à la relever et le docteur Jean-Baptiste Langlet, maire d’une métropole du front et décidé à ne rien céder à l’adversaire. Alors que débute la commémoration du centenaire de la Grande Guerre, le Rémois Hervé Paul revient dans un ouvrage sur le parcours et la personnalité de médecin, professeur et homme politique. Le titre de son livre est: « Le docteur Jean-Baptiste Langlet, héroïque maire de Reims à l’épreuve de la Première Guerre mondiale ».
D’abord étudiant à l’École de médecine de Reims puis à la Faculté de médecine de Paris, il a déjà l’expérience d’un conflit puisqu’il a été médecin aide-major pendant la guerre de 1870-1871. Interne à l’hôpital Beaujon pendant les événement de la Commune de Paris, il s’installe à Reims en 1872. Médecin des hôpitaux dans la ville des sacres, il est le premier directeur du bureau d’hygiène de Reims qui est créé en 1882. La même année, il devient professeur à l’École de médecine de Reims puis en est le directeur en 1906. Ce père de deux enfants et tuteur de ses trois neveux est un républicain affiché depuis le Second Empire. Il est aussi membre du Comité rémois de la Ligue de l’enseignement dès sa fondation par Jean Macé en 1867. Membre du parti radical-socialiste, il est élu conseiller municipal en 1884, député de Reims en 1889, de nouveau conseiller municipal de 1900 à 1908 avant de devenir maire de Reims fonction qu’il occupe de 1908 à 1919.
Lorsque la Grande Guerre éclate, Jean-Baptiste Langlet a 73 ans mais une énergie impressionnante dès lors qu’il s’agit de s’opposer à l’envahisseur puis à ces Allemands qui pilonne une ville dont les ruines s’accumulent. Jusqu’en 1918, il s’oppose à l’évacuation de la ville et dénonce la violence et la barbarie de l’ennemi. Il a les mots et les qualités oratoires pour être entendu. Il est l’une de ces personnalités politiques intéressantes dans les moments les plus difficiles où il n’oublie jamais qu’il est aussi un médecin.
Hervé Paul, « Le docteur Jean-Baptiste Langlet, héroïque maire de Reims à l’épreuve de la Première Guerre mondiale », prix de souscription 20 euros. Règlement à Hervé Paul, 10, avenue Alexandre-de-Serbie, 51100-Reims. Ensuite 24 euros.

Aucun Commentaire

Pas encore de commentaires

Répondre